Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi ce blog ?

CouvPocheIndispensables
J'ai créé ce blog lors de la sortie de mon livre "Les Indispensables mathématiques et physiques pour tous", Odile Jacob, avril 2006 ; livre republié en poche en octobre 2011 (achat en ligne) (sommaire du livre).
Je développe dans ce blog des notions de mathématiques et de physique à destination du plus large public possible, en essayant de susciter questions et discussion: n'hésitez pas à laisser vos commentaires!

Rechercher

Indispensables astronomiques

Nouveauté octobre 2013, mon livre "Les Indispensables astronomiques et astrophysiques pour tous" est sorti en poche, 9,5€ (éditions Odile Jacob, éidtion originale 2009). Comme mon premier livre (Les Indispensables mathématiques et physiques), c'est un livre de notions de base illustrées avec des exemples concrets, s'appuyant sur les mathématiques (géométrie notamment) pour l'astronomie, et sur la physique pour l'astrophysique. Je recommande vivement sa lecture.

Communauté de blogs

6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 17:49

Depuis mes deux jours à Fécamp (billet précédent), je continue mon investigation sur les éoliennes – certains commentaires allaient un peu loin, mais d’autres étaient fort intéressants techniquement. Voici les questions que je me suis posées et que je vous fais partager, avec quelques URLs de vérification. Notamment : quelle est la puissance effectivement mobilisée annuellement en MWh d’une éolienne (et non sa puissance nominale en MW) ? en quoi un projet éolien maritime se distingue-t-il d’une réalisation éolienne terrestre ?

 

Prenons l’exemple concret de Fécamp (un site terrestre existant, cf. ma photo + un site marin à venir, parmi les 4-5 sites de l’appel d’offres). Voici une fiche sommaire des 5 éoliennes terrestres de Fécamp (site Windpower): la puissance nominale de chaque éolienne est de 1 MW, donc au total 5 MW ; la production délivrée (si l’on en croit Windpower) est de 11 GWh annuels – c'est-à-dire qu’elles fonctionnent au nominal en équivalent 2200 heures annuelles (rendement effectif de 25% puisqu’une année comporte 8760 heures).

 

Le projet maritime est prévu avec des éoliennes beaucoup plus puissantes : 6MW – on peut prévoir un rendement meilleur (dû non à la puissance mais à la situation en mer), d’environ 40 à 45%. Les chiffres de rendement proviennent à la fois du commentaire de qivitoq sur mon précédent billet (nous l’en remercions), de la référence Wikipédia [en] qu’il donne et d’une source de haut niveau chez EDF-EN. Ce parc maritime fournira donc 6 * 83 éoliennes * 8760 * 0,45 = 1963 GWh.

 

Je fais la comparaison avec Cattenom (bien que cela déplaise à certains de mes commentateurs virulents – alors que justement je connais peu l’éolien et essaie de comprendre) : la centrale a une puissance nominale de 5200 MW et une production effective de 35 TWh, soit un rendement de 77% (ce qui recoupe les chiffres de rendement du nucléaire, de l’ordre de 80%). Au passage je réactualise mon chiffre précédent, en faveur du nucléaire : Cattenom équivaut à 18 champs maritimes type Fécamp, soit environ 1500 éoliennes dernier cri (et non 10 et 870 comme j’avais précédemment écrit).

Panneaux

Du point de l'information publique, je suis étonné que les panneaux (plage de Fécamp, photo) ne mentionnent que la puissance installée (MW), et non la puissance produite annuellement (MWh). Je lis « le parc de Fécamp avec une puissance de 498 MW permettra d’approvisionner l’équivalent de 10% de la consommation annuelle de la Haute-Normandie (ou 750 000 habitants) ». Si l’on doit appliquer le taux de rendement, ce pourcentage tombe à 4,5%. Par ailleurs la référence aux habitants m’inquiète : s’agirait-il uniquement de la consommation domestique, sans prendre en compte la consommation industrielle ? Je n’ai pas réponse à cette question.

 

Du point de vue scientifique et technique, j’ai essayé de comprendre pourquoi ce rendement de 25 à 45% dans l’éolien. C’est lié à « la courbe de puissance » - voir le remarquable WikiEolienne (rien à voir avec Wikipédia) :

courbe puissance eolienne

On doit donner une puissance nominale à vitesse de vent donnée : sur cette courbe, cette éolienne a une puissance nominale de 750 kW à vitesse de vent de 15 m/s. On voit se dessiner sur cette courbe les raisons du rendement de 25 à 45% :

1°) de 0 à 5 m/s l’éolienne ne se déclenche pas : le vent est trop faible pour mouvoir les éléments (pales de 25 à 70 mètres, mais aussi rotor, etc.)

2°) de 5 à 15 m/s elle tourne mais pas à puissance nominale.

3°) de 15 à 25 m/s elle fonctionne à puissance nominale.

4°) au-dessus de 25 m/s on doit arrêter l’éolienne le vent étant trop violent.

Donc quand on parle (chiffre ci-dessus) de 2200 heures annuelles (soit 25% de l’année), cela ne signifie pas qu’elle tourne un quart du temps : elle fonctionne plus que cela – c’est un « équivalent 2200 heures ».

 

Quelques éléments techniques intéressants encore. L’éolienne terrestre (Fécamp) a un diamètre de 52 mètres. L’éolienne marine (Fécamp) aura un diamètre de 160 mètres. Le site Portail-Eolien donne une loi empirique légérement au-dessus du carré du diamètre. Cela recoupe à peu près les chiffres ci-dessus (1MW pour 50 mètres, 6MW pour 150 mètres).

 

D’autres chiffres de comparaison entre les deux parcs méritent investigation : distance moyenne entre éoliennes environ 4 fois le diamètre en terrestre (soit 200 mètres – j’aurais dit un peu moins sur la falaise, mais les distances sont toujours difficiles à évaluer à l’œil nu) et environ 4 à 8 fois le diamètre en marin – l’information en plage de Fécamp parle de distance inter-éoliennes de 1km (chiffre recoupé par un document de la Commission du débat public : toutes les distances inter-éoliennes des parcs marins sont entre 800 et 1000 m). Pourquoi cette différence ? C’est dû à la prise de vent et à « l’effet de sillage » - comme un voilier qui prend le vent à un autre dans une course. Aussi : le terrestre est généralement en une dimension (un linéaire sur une ligne de crête), alors que la marin est en deux dimensions (un carré). Peut-être un autre billet à prévoir, car l’éolienne recèle plein de sujets passionnants de mécanique des fluides : extrados, portance, etc.

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandre Moatti - dans Le saviez-vous
commenter cet article

commentaires

Divoux 22/07/2015 20:17

Bravo pour ton article, il apporte de l'eau à mon moulin (à vent) ! Là où je vais travailler ce sont des infos pas inutiles à ressortir au cas où...

mathématiques 08/10/2012 19:10


Article très intéressant et très constructif, bravo!

voaary 05/10/2012 17:09


Félicitation pour cet article passionant et éducatif

jef 05/10/2012 17:07


Bravo pour l'article

Ds 03/10/2012 17:25


Les  constructeurs d'éoliennes recommendent une distance entre éoliennes terrestres de 5 fois le diamètre dans le sens des vents dominants, de 3 fois le diamètre sinon.


Il semble que le taux de charge de 45% donné pour l'éolien maritime soit optimiste et que les éoliennes allemandes en Mer du Nord soient plutot à 30 % .


Pour le calcul du nombre d'habitants alimentés par les éoliennes le calcul est fait sur la base :


- des seules consommations des particuliers ( soit un tiers de la conso électrique totale environ, le reste allant pour part quasi-égale aux services et pme d'un coté, à la grande industrie de
l'autre)


- de personnes n'ayant pas le chauffage électrique


- de personnes ayant intégrés les meilleures normes de conso électrique ..


En fait le parc produira de quoi faire fonctionner une population 8 à 10 fois moins nombreuses ...

PSPEC 13/09/2012 22:46


Ah...


Oui!


Alors là, monsieur AM, s'il existe un terme estampillé depuis près de 140ans et qui ravage depuis toutes les générations d'élèves en électricité, c'est le terme de force électromotrice (fem,
souvent notée "E") pour désigner une... tension électrique en volt!


Il est évident que, à mon avis, vous êtes en mesure d'inventer un terme qui, là, sera sans aucun doute possible, plus efficace que l'autre.


Une "force" dont on s'attend à ce qu'elle soit alors en newton pour nommer une tension électrique en volt...

PSPEC 12/09/2012 18:51


AM a écrit: "Sur le sujet puissance installée (MW)/ énergie disponible annuellement (MWh), il est évident que la seconde compte - je l'avais bien en tête en
écrivant le billet".


Correcte phrase.


A cette belle époque, les MWh, même disponible annuellement, étaient une énergie... C'était le 30 août... Et puis un coup de calcaire le 06 septembre... Attendons un peu, alors, on va peut être
bien lire bien.

PSPEC 11/09/2012 22:26


@mathophobe: mais non.


C'est si difficile que ça pour vous d'imaginer qu'AM puisse écrire: "Ce n'est effectivement pas astucieux d'utiliser un mot à moi pour une notion qui est déjà nommée depuis un gros bon siècle par
le terme partagée d'énergie"?

Mathophobe 11/09/2012 14:18


A. Moatti a raison d'indiquer ci-dessus que les "MWh annuels" sont une puissance, à comparer à la puissance nminale.

PSPEC(AyatollahHargneuxPinailleurEtImbécile) 10/09/2012 23:06


Alain, avec une phrase corrigée comme "la production délivrée (...) est de 11 GWh
annuels" (production de quoi quand à la place du mot "production", il suffit de mettre le mot "énergie") qui est une correction de la phrase initiale "la puissance délivrée (...) est de 11 GWh annuels", l'imbécile commence à douter qu'on lui montre bel et bien la Lune.


Pourquoi soutenez-vous AM dans l'insoutenable?


Pourquoi le mot "énergie" est-il ordurier?

Articles Récents

Alterscience (janvier 2013)

Mon livre Alterscience. Postures, dogmes, idéologies (janvier 2013) détails.


CouvertureDéf


Récréations mathéphysiques

RécréationsMathéphysiques

Mon dernier ouvrage est sorti le 14 octobre 2010 : Récréations mathéphysiques (éditions Le Pommier) (détails sur ce blog)

Einstein, un siècle contre lui

J'ai aussi un thème de recherche, l'alterscience, faisant l'objet d'un cours que j'ai professé à l'EHESS en 2008-2009 et 2009-2010. Il était en partie fondé sur mon second livre, "Einstein, un siècle contre lui", Odile Jacob, octobre 2007, livre d'histoire des sciences (voir billet sur ce blog, et notamment ses savoureux commentaires).

Einstein, un siècle contre lui