Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi ce blog ?

CouvPocheIndispensables
J'ai créé ce blog lors de la sortie de mon livre "Les Indispensables mathématiques et physiques pour tous", Odile Jacob, avril 2006 ; livre republié en poche en octobre 2011 (achat en ligne) (sommaire du livre).
Je développe dans ce blog des notions de mathématiques et de physique à destination du plus large public possible, en essayant de susciter questions et discussion: n'hésitez pas à laisser vos commentaires!

Rechercher

Indispensables astronomiques

Nouveauté octobre 2013, mon livre "Les Indispensables astronomiques et astrophysiques pour tous" est sorti en poche, 9,5€ (éditions Odile Jacob, éidtion originale 2009). Comme mon premier livre (Les Indispensables mathématiques et physiques), c'est un livre de notions de base illustrées avec des exemples concrets, s'appuyant sur les mathématiques (géométrie notamment) pour l'astronomie, et sur la physique pour l'astrophysique. Je recommande vivement sa lecture.

Communauté de blogs

26 août 2007 7 26 /08 /août /2007 21:27
LivreWeltz.jpgPierre Veltz, ancien directeur de l’Ecole des Ponts, nous livre une petite analyse sur les grandes écoles françaises. L’idée principale est que les grandes écoles, qui ont un enseignement très généraliste, ne contribuent pas au développement scientifique et technologique du pays autant qu’elles le pourraient et devraient. Comme Laurent Schwartz le déplorait dès 1977 dans un article du Monde, les jeunes les plus doués pour la science et la technologie en sont massivement détournés… Ils sont aspirés par des carrières de management sans qu’à aucun moment dans leur enseignement en grande école l’esprit de la recherche ou l’esprit de création leur aient été insufflés.

 

Du point de vue du recrutement en entreprise, la conséquence en est le cercle vicieux suivant : non-valorisation du titre de docteur dans nos entreprises <---> prééminence du recrutement dans les grandes écoles pour des carrières généralistes.

Du point de vue de l’enseignement secondaire, la conséquence en est le paradoxe suivant, que nous citons : " Le paradoxe du système français est donc à la fois d’obliger à des choix très précoces, entre la filière scientifique et la filière littéraire (dès la classe de seconde), entre la filière scientifique et la filière management (dès le bac), et en même temps de repousser le plus tard possible les choix concrets engageant vraiment la personnalité et les motivations". Apparaît une division entre un corps scientifique et un corps "lettré", dépourvu des notions élémentaires de la science moderne.

Du point de vue de l’économie elle-même, la conséquence en est critique pour notre pays : car dans l’économie de la connaissance dans laquelle nos entreprises sont impliquées, de plus en plus les techniques industrielles touchent à des process élémentaires décrits par les sciences fondamentales. Par ailleurs, les percées scientifiques ou techniques sont à présent "diagonales" (informatique, biologie), alors que l’enseignement généraliste des grandes écoles s’est très peu adapté à l’interdisciplinarité.

En réaffirmant l’importance des grandes écoles, l’auteur conclut en préconisant leur réforme (par exemple le regroupement Mines-Ponts), à mener en parallèle de la réforme de l’université (mais sans fondre les unes dans l’autre).

A.M.
 
 
PS1: Page 108, vous découvrirez une savoureuse citation de Tocqueville appliquée au Corps des mines, qui fait dire à l’auteur à juste titre: "Oui à l’élitisme, non au micro-élitisme".
PS2: Certaines de ces idées (lien croissant entre économie et science fondamentale, nécessité d’une culture scientifique pour le "corps lettré") rejoignent certaines idées que j’ai formulées dans mon article dans Réalités Industrielles (Annales des Mines) de mai 2007.
PS 3: P. Veltz, à l'appui de son raisonnement, aurait pu parler de la formation des "corpsards" dans les grandes écoles (dites du premier rang), très éloignée de la science. J'en profite pour publier ici une note que j'avais faite il y a cinq ans au Ministère de la Recherche sur le thème "Corps des Mines et science".
Complément du 8 décembre 2007:  une remarquable tribune de P. Mahrer, Ecole des Ponts et chaussées, dans Les Echos du 5 décembre 2007. Fort de son expérience de centaines d'entretiens de recrutement en Chine, il nous explique dans un style très châtié l'importance démesurée accordée au "classement de Shanghaï" en France ... A suivre.
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Comité Cicéron 20/10/2008 21:55

Oui, pardon cette réponse tardive. Il reste tout de même que les grandes écoles françaises devraient choisir entre le MBA et la formation à la recherche car pour l'instant elles restent entre les deux et se privent donc de l'excellence dans les deux.

Comité Cicéron 14/09/2007 18:35

Dommage que cet auteur ne propose pas la fusion des universités et des grandes écoles (pour ce qui est du secteur public), qui faciliterait les passerelles au-dessus du gouffre qui les sépare actuellement. Je ne vois pas pourquoi il faudrait avoir peur de cette formule, qui devrait d'ailleurs être complétée par un transfert des moyens des classes préparatoires vers les facs. Je ne vois pas comment on pourrait autrement passer de la concurrence à l'innovation. J'aimerais bien connaître votre objection à ce propos. Pour moi la seule objection est "ce n'est pas possible", ce qui n'est franchement pas un argument !

Alexandre Moatti 08/12/2007 11:24

Non, bien sûr. Transformer l'Université, oui, transformer les écoles dans le sens d'un accès à la science, oui. Mais fusionner les unes dans l'autre, non ! Voir l'excellente tribune de P. Mahrer dans les Echos du 5 décembre 2007 : http://www.lesechos.fr/info/analyses/4657038.htmA.M.

Articles Récents

Alterscience (janvier 2013)

Mon livre Alterscience. Postures, dogmes, idéologies (janvier 2013) détails.


CouvertureDéf


Récréations mathéphysiques

RécréationsMathéphysiques

Mon dernier ouvrage est sorti le 14 octobre 2010 : Récréations mathéphysiques (éditions Le Pommier) (détails sur ce blog)

Einstein, un siècle contre lui

J'ai aussi un thème de recherche, l'alterscience, faisant l'objet d'un cours que j'ai professé à l'EHESS en 2008-2009 et 2009-2010. Il était en partie fondé sur mon second livre, "Einstein, un siècle contre lui", Odile Jacob, octobre 2007, livre d'histoire des sciences (voir billet sur ce blog, et notamment ses savoureux commentaires).

Einstein, un siècle contre lui