Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi ce blog ?

CouvPocheIndispensables
J'ai créé ce blog lors de la sortie de mon livre "Les Indispensables mathématiques et physiques pour tous", Odile Jacob, avril 2006 ; livre republié en poche en octobre 2011 (achat en ligne) (sommaire du livre).
Je développe dans ce blog des notions de mathématiques et de physique à destination du plus large public possible, en essayant de susciter questions et discussion: n'hésitez pas à laisser vos commentaires!

Rechercher

Indispensables astronomiques

Nouveauté octobre 2013, mon livre "Les Indispensables astronomiques et astrophysiques pour tous" est sorti en poche, 9,5€ (éditions Odile Jacob, éidtion originale 2009). Comme mon premier livre (Les Indispensables mathématiques et physiques), c'est un livre de notions de base illustrées avec des exemples concrets, s'appuyant sur les mathématiques (géométrie notamment) pour l'astronomie, et sur la physique pour l'astrophysique. Je recommande vivement sa lecture.

Communauté de blogs

24 février 2008 7 24 /02 /février /2008 10:13
La cycloïde, quelques idées physiques à présent : c’est la courbe suivie par un petit clou qui se serait fiché sur votre roue de vélo (la valve du vélo, comme elle n’est pas exactement au bord du cercle tournant, suit une courbe plus générale dite trochoïde). Mais tous ces noms mathématiques compliqués cachent des phénomènes physiques simples et intéressants.  J’en veux pour preuve deux propriétés physiques remarquables de la cycloïde retournée (sa symétrique par rapport à un axe horizontal), quand on y fait glisser un corps pesant comme une bille.

C’est d’abord une courbe tautochrone : placez une bille en haut de la courbe, une autre au milieu, une troisième tout près du bas de la cuvette, elles arriveront toutes trois en même temps en bas de la cuvette! Cette propriété physique a été exploitée par Christiaan Huygens (1629-1695) pour construire des horloges.
 

Plus étonnant encore (figure ci-dessus), c’est une courbe brachistochrone : c’est le plus court chemin pour aller d’un point à un autre (il arrive même que le chemin remonte !). Vous croyiez que le chemin le plus rapide pour aller de A à B est la droite AB, eh bien non c’est la cycloïde !undefined

(voir l’animation Mathcurve)

 
Ces deux propriétés physiques de cette courbe mathématique sont remarquables. Malheureusement les mathématiques sous-jacentes (les équations de la cycloïde) et les appellations grecques sont assez compliquées ! Est-ce pour cette raison qu’on en entend rarement parler ?

Du point de vue de la physique, je me suis demandé si l’on ne pouvait pas « intuiter » (sans passer par les maths et les équations compliquées de la cycloïde) la propriété de tautochronie dans un champ de gravité (accélération constante) à partir de la définition de la cycloïde, à savoir le bord de la roue qui tourne à vitesse constante. Je me suis cassé les dents, n'ai pas trouvé... si quelqu'un a une idée ? (attention ce n'est peut-être pas possible...)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Serma 13/03/2008 13:35

Brachistochrone : le retour de la roue de vélo  Une démonstration réalisée en Mathematica illustre la solution de Johann Bernouilli et montre que la cycloïde est la courbe recherchée.http://demonstrations.wolfram.com/BrachistochroneProblem/Le player Mathematica est gratuit.

Serma 02/03/2008 15:29

Bonjour,Le regretté Miguel de Guzmán a écrit un beau chapitre sur la cycloïde dans son livre "Aventures mathématiques" paru aux Presses Polytechniques et Universitaires Romandes en 1990.Il rappelle le défi que Johann Bernoulli a lancé à tous les mathématiciens d'Europe en 1696 : "Si deux points A et B sont donnés sur un plan vertical, trouver le chemin AMB par lequel un point mobile M, soumis à la pesanteur, glisse du point A au point B en un temps minimal".Newton, Leibniz, son frère Jakob et d'autres surent résoudre le problème.Je cite de Guzmán : "[La solution] de Johann Bernoulli, un mélange de physique et de géométrie, fut géniale, bien que moins féconde et générale que celle de son frère." Il fait référence à la méthode de Jakob qui débouchera sur le calcul des variations."Voici en quelques points un schéma de la solution de Johann."1) "Quand la bille aura descendu la hauteur h, sa vitesse sera de RACINE(2gh) (loi de la chute libre). Mais nous ne savons pas encore quelle direction prendra cette vitesse."2) "Nous savons (principe de Fermat) que la vitesse voyage d'un point à un autre dans le temps le plus petit possible."3) "Nous savons aussi que la vitesse de la lumière varie selon le milieu où elle voyage.Si la lumière voyage à des vitesses v1 et v2 dans deux milieux différents, la loi de la réfraction nous dit que [les angles d'incidence et de réfraction (a1) et (a2), mesurés par rapport à la normale sont tels que] : sin(a1)/v1 = sin(a2)/v2 = constante = k."4) "Imaginons un milieu optique formé par des couches horizontales et fines tel que la vitesse de la lumière dans chaque couche soit v1, v2, ..., vn. Alors un rayon suivrait une trajectoire de façon que sin(aj)/vj = k et ce chemin du rayon de lumière serait le chemin du temps minimal pour aller de A à B aux vitesses indiquées."5) "Dans notre cas, la vitesse en descendant de h est précisément RACINE(2gh). [...]."6) "Ainsi, la courbe qui donne le chemin de temps minimal compatible avec la vitesse indiquée est celle qui satisfait sin(a)/RACINE(2gh) = k."7) Il démontre enfin que la cycloïde est la courbe recherchée. Nous sommes un peu loin de la roue de vélo. La méthode de Johann Bernoulli est-elle assez intuitive à vos yeux ? Meilleures salutations,SermaPS : Je suis vexé car je n'ai pas reçu de réponse au "meilleur tour de carte" que j'ai envoyé à votre adresse des mines.org (http://people.brandeis.edu/~kleber/pubs.html).

Alexandre Moatti 04/03/2008 22:30

Merci Serma de cet apport. C'est très intéressant mais on reste encore pas mal dans les mathématiques (l'étape 7 surtout n'est sans doute pas évidente), et en effet comme vous le dites loin de la propriété "roue de vélo" de la cycloïde. On va étudier cela de plus près. A.M.PS: j'ai retrouvé votre mél du 15 février - ne soyez pas vexé ! - le tour de cartes a l'air assez trapu quand même, là aussi je vais étudier cela. Merci de nouveau.

olivier Leguay 25/02/2008 18:13

Mais je n'ai rien trouvé de vraiment simple  et directement accessible.

olivier Leguay 25/02/2008 18:05

Je viens de lire de façon un peu plus attentive l'excellent article de Jacques Dubois qu'il a publié sur Le Bulletin de l'Union des Physiciens 737 de 1991 concernant la cycloïde. J'ai bien l'impression que c'est Newton qui a fait le lien. En 1669, il parle du cercle générateur de la cycloïde et étudie l'accélération tangentielle constante le long de cette courbe pour un point pesant la parcourant. Le lien entre la cycloïde générée par le déplacement d'un cercle et le fait que cette courbe soit tautochrone semble donc réalisé ici.En 1697, dans la première édition des Principia, il étudie le mouvement des des corps se déplaçant dans un fluide sans viscosité et incompréssible. Il montre en utilisant le cercle générateur et la théorie des fluxions, que le profil de la cycloïde correspond à la surface de moindre résistance. Même si la démonstration est absente des Principia, elle a été retrouvée dans ses écrits non publiés. La démonstration de la brachistochrone, une fois la précédente réalisée en découle en utilisant la théorie des fluxions.  

Alexandre Moatti 04/03/2008 22:32

Beverycool, cela a l'air fort intéressant, il faudrait voir le texte de 1669 qui a l'air plus correspondre à notre recherche, et plus simple sans doute. Merci de votre apport. A.M.

Enro 25/02/2008 17:50

Intéressant, comme toujours. Une occurrence de "plus court chemin" a dû vous a échapper, et subsiste toujours dans le billet...

Bartux 24/02/2008 20:41

Chemin le plus court ????? Ne serait-ce pas plutôt le chemin le plus rapide ?

Alexandre Moatti 24/02/2008 21:08

Bien vu. Ecrit trop vite. C'était "court en temps", bien sûr, mais vous avez raison cela s'appelle rapide. Je rectifie, mais maintiens mon étonnement sur cette courbe comparée à la droite. Merci. A.M.

olivier Leguay 24/02/2008 16:05

Notre groupe de l'IREM va présenter aux prochaines journées des maths un travail sur la cycloïde. Notre sujet d'étude est : "Les cabinets scientifiques et l'enseignement des mathématiques au XVIIIème".  La cycloïde et ses propriétés ont fait l'objet de nombreuses études détaillées  par les plus grands noms parmi lesquels on trouve Leibniz, Jacques et Jean Bernouilli, le Marquis de L'Hospital et Newton. Votre question finale est celle que je me suis posée au tout début de cette étude et je n'ai pas non plus trouvé de réponse. Nul part l'idée d'un lien entre la vanne de la roue de bicyclette et les propriétés surprenantes de cette courbe. Je suis donc aussi très interessé par le sujet.

Alexandre Moatti 24/02/2008 21:17

Bonjour Olivier, il y a de belles pages sur la cycloïde vue par Huygens dans le livre de Simon Gindikin "Histoires de mathématiciens et physiciens", Editions Cassini, 2000. Des pages assez mathématiques, mais qui expliquent bien l'histoire de la cycloïde : mais sans doute connaissez-vous cet ouvrage. C'est intéressant en effet que l'IREM s'ocupe de cela : si vous trouvez une interprétation physique des propriétés de la cycloïde, donnez-nous des indications ici ou sur votre excellent blog. Mais à mon avis c'est difficile, sinon cela aurait déjà été fait. A.M.

Articles Récents

Alterscience (janvier 2013)

Mon livre Alterscience. Postures, dogmes, idéologies (janvier 2013) détails.


CouvertureDéf


Récréations mathéphysiques

RécréationsMathéphysiques

Mon dernier ouvrage est sorti le 14 octobre 2010 : Récréations mathéphysiques (éditions Le Pommier) (détails sur ce blog)

Einstein, un siècle contre lui

J'ai aussi un thème de recherche, l'alterscience, faisant l'objet d'un cours que j'ai professé à l'EHESS en 2008-2009 et 2009-2010. Il était en partie fondé sur mon second livre, "Einstein, un siècle contre lui", Odile Jacob, octobre 2007, livre d'histoire des sciences (voir billet sur ce blog, et notamment ses savoureux commentaires).

Einstein, un siècle contre lui