Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi ce blog ?

CouvPocheIndispensables
J'ai créé ce blog lors de la sortie de mon livre "Les Indispensables mathématiques et physiques pour tous", Odile Jacob, avril 2006 ; livre republié en poche en octobre 2011 (achat en ligne) (sommaire du livre).
Je développe dans ce blog des notions de mathématiques et de physique à destination du plus large public possible, en essayant de susciter questions et discussion: n'hésitez pas à laisser vos commentaires!

Rechercher

Indispensables astronomiques

Nouveauté octobre 2013, mon livre "Les Indispensables astronomiques et astrophysiques pour tous" est sorti en poche, 9,5€ (éditions Odile Jacob, éidtion originale 2009). Comme mon premier livre (Les Indispensables mathématiques et physiques), c'est un livre de notions de base illustrées avec des exemples concrets, s'appuyant sur les mathématiques (géométrie notamment) pour l'astronomie, et sur la physique pour l'astrophysique. Je recommande vivement sa lecture.

Communauté de blogs

3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 05:05
FScMathsParis.jpg
Lors de la journée d’inauguration de la Fondation Sciences mathématiques de Paris, a eu lieu une conférence Traitement de l’information par Roberto Di Cosmo, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Pise, professeur à l’université Paris Diderot. Il donne un argument original en faveur des logiciels libres, que je résume comme suit. La démarche du logiciel libre, c’est la :
– Possibilité d’utiliser librement les logiciels.
– Possibilité d’accéder aux sources du logiciel et de les modifier.
– Possibilité de distribuer le logiciel.
– Possibilité de distribuer les nouveaux logiciels obtenus à partir du logiciel initial.

Ce spécialiste des relations entre mathématiques et informatique compare cela à la démarche mathématique :
– Possibilité d’utiliser les théorèmes d’autrui.
– Possibilité de comprendre le raisonnement d’autrui, de l’améliorer, par ailleurs d’obtenir de nouveaux résultats.
– Possibilité de faire connaître les théorèmes d’autrui.
– Possibilité de faire connaître ses propres résultats.
Di Cosmo conclut ainsi : « La démarche du logiciel libre est directement transposée de la démarche mathématique. Si nous acceptons l’une, acceptons l’autre ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandre Moatti - dans Techniques Blog
commenter cet article

commentaires

Enro 08/10/2007 07:24

Dans ce cas, si l'on veut retenir les créateurs de valeur dans le domaine du libre, pitié : que ce ne soit pas par un "pôle de compétitivité du logiciel (libre)" ! Celui-ci est probablement bien plus efficace quand il est distribué et émane de tous les acteurs de la vie publique, grands ou petits...

David 05/10/2007 12:04

Ce qui m'a plu aussi chez Di Cosmo c'est sa conclusion sur trois défis à remplir :- les logiciels libres peuvent susciter de nouveaux champs de recherche (gestion des mises à jours par exemple)- la formation des ingénieurs de demain doit changer pour s'adapter à la complexité grandissante des logiciels (y compris libres)- et surout, l'Europe doit oeuvrer pour retenir les créateurs de valeurs (issus du monde "libre") et avoir aussi dans le domaine des success story (l'Europe a plein de développeurs dans le libre mais peu de valorisation)

Herve Kabla 30/09/2007 19:05

Les mathématiciens qui décident de collaborer sur un problème commun bénéficient de revenus provenant de leur professions (enseignement, recherche). D'où proviendraient les revenus des concepteurs de logiciels? Allons-nous créer une nouvelle catégorie de fonctionnaires-programmeurs-concepteurs de logiciels?

Alexandre Moatti 02/10/2007 15:26

Hervé, mon propos était purement scientifique, ce qui était intéressant dans le discours de Di Cosmo, c'est qu'il comparait la démarche mathématique et la démarche du logiciel libre.Mais tu as raison de nous remettre dans l'économie. Les concepteurs de logiciel libre (comme les bloggueurs dont nous sommes !) n'y trouvent-ils pas leur intérêt en termes de reconnaissance, d'accomplissement ?Allant plus loin que Di Cosmo, je force le trait sur son parallèle : peut-on comparer l'histoire (récente) du logiciel libre à celle des mathématiques il y a quatre siècles, où des Fermat (magistrat du roi à Toulouse) ou des Mersenne (religieux) assuraient eux aussi leur subsistance par ailleurs, indépendamment de leur intérêt pour les mathématiques ? N'est-il pas permis d'espérer ?A.M.

Articles Récents

Alterscience (janvier 2013)

Mon livre Alterscience. Postures, dogmes, idéologies (janvier 2013) détails.


CouvertureDéf


Récréations mathéphysiques

RécréationsMathéphysiques

Mon dernier ouvrage est sorti le 14 octobre 2010 : Récréations mathéphysiques (éditions Le Pommier) (détails sur ce blog)

Einstein, un siècle contre lui

J'ai aussi un thème de recherche, l'alterscience, faisant l'objet d'un cours que j'ai professé à l'EHESS en 2008-2009 et 2009-2010. Il était en partie fondé sur mon second livre, "Einstein, un siècle contre lui", Odile Jacob, octobre 2007, livre d'histoire des sciences (voir billet sur ce blog, et notamment ses savoureux commentaires).

Einstein, un siècle contre lui