Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi ce blog ?

CouvPocheIndispensables
J'ai créé ce blog lors de la sortie de mon livre "Les Indispensables mathématiques et physiques pour tous", Odile Jacob, avril 2006 ; livre republié en poche en octobre 2011 (achat en ligne) (sommaire du livre).
Je développe dans ce blog des notions de mathématiques et de physique à destination du plus large public possible, en essayant de susciter questions et discussion: n'hésitez pas à laisser vos commentaires!

Rechercher

Indispensables astronomiques

Nouveauté octobre 2013, mon livre "Les Indispensables astronomiques et astrophysiques pour tous" est sorti en poche, 9,5€ (éditions Odile Jacob, éidtion originale 2009). Comme mon premier livre (Les Indispensables mathématiques et physiques), c'est un livre de notions de base illustrées avec des exemples concrets, s'appuyant sur les mathématiques (géométrie notamment) pour l'astronomie, et sur la physique pour l'astrophysique. Je recommande vivement sa lecture.

Communauté de blogs

20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 09:50

Je ne parle pas souvent de livres dans ce blog, mais ai décidé de parler d’un livre de biologie en ouvrant une rubrique de biologie – il faut innover dans un blog. Pour la première fois j’ai terminé un livre de biologie, ce qui pour moi comme pour d’autres formés intensément aux maths et à la physique est une prouesse… Il s’agit de l’ouvrage L’Homme-Thermomètre, de Laurent Cohen (Odile Jacob 2003). À travers l’étude d’un cas clinique d’alexie pure (impossibilité de lire), cet ouvrage nous emmène à la découverte de la zone cérébrale de la lecture, jusqu’à la « zone de la forme du mot » (pour les zones cérébrales du langage, différentes, on pourra lire l’article BibNum de Roland Bauchot sur Broca, cf. blog). J’y ai découvert de nombreux points intéressants voire étonnants, en voici un échantillon, en vrac :


1°) l’homme, le chien, le tigre ont les yeux placés côte à côte, avec à peu près le même champ visuel (quand vous fermez un œil, seul un croissant visuel extrême vous échappe). En revanche le lapin, la chèvre ont leurs yeux sur le côté : l’œil droit voit à droite, l’œil gauche à gauche. Il se pourrait que ce soit un effet de la sélection naturelle : les animaux proies ont les yeux sur le côté pour repérer l’attaque d’où qu’elle vienne, les animaux prédateurs ont les yeux devant pour mieux ajuster leur poursuite et leurs bonds.

Visualcortex.gif

La zone V1 est la zone primaire d'arrivée de la sensation visuelle, sur les deux hémisphères, dans la zone occipitale (nuque).


2°) la « zone de la forme du mot » est activée par des faux mots qui pourraient être vrais, comme CHIGNADOURLE, elle l’est beaucoup moins par des chaînes imprononçables comme FRDTJLP.


3°) l’alexie pure est la lésion de la « zone de la forme du mot » (et de celle-là seulement, ce qui est intéressant cliniquement mais assez rare), par exemple suite à un accident vasculaire cérébral (AVC). Parmi les symptômes, par exemple, le patient ne peut lire le mot MONDE, mais peut le reconnaître quand on lui présente le journal Le Monde. Il peut aussi y avoir alexie sans agraphie, le patient sait écrire mais non lire, y compris les mots qu'il vient d'écrire.


4°) une rééducation de l’alexie pure est fort possible, le patient arrivant à suivre mentalement la forme des lettres et à lire vite. Mais, la zone de la forme du mot restant endommagée, cette lecture post-rééducation se trahit par un temps de lecture proportionnel à la longueur du mot. Car chez le lecteur « normal », le temps de lecture (jusqu’à huit lettres) n’est pas proportionnel à la longueur du mot. L’enfant qui apprend à lire déchiffre et sa durée de lecture est proportionnelle à la longueur des mots, mais l’enfant qui sait lire ou l’adulte identifie en parallèle toutes les lettres du mot, grâce à la « zone de la forme du mot ». Ce n’est plus vrai quand le mot revêt une graphie particulière, comme une aLtErNaNcE de majuscules et de minuscules, auquel cas le temps de lecture redevient proportionnel à la longueur.


5°) enfin, last but not least, il existe, je le savais, des patients non conscients d’être paralysés du côté gauche (le médecin leur présente leur propre main gauche, ils disent « je vais vous casser les doigts »). Examinons maintenant les zones visuelles. Vous êtes normal, vous ne voyez pas derrière votre tête, mais vous n’avez pas l’impression qu’il y a du noir aux confins de votre champ de vision – votre système visuel ne possède simplement aucune représentation de ce qui est derrière vous. Il pourrait en être ainsi de certains patients ayant perdu la moitié de leur champ visuel (à gauche par exemple) et qui n’en sont pas conscients. Et aussi de certains patients entièrement aveugles sans en être conscients (patients anosognosiques).

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandre Moatti - dans Biologie -sciences de la vie
commenter cet article

commentaires

Jean-Philippe CH 12/09/2010 15:04



Merci de votre réponse si rapide. Je pense que vous avez raison et apparemment, vous êtes bien le dernier qu'on pourrait soupçonner du
péché de créationnisme... Mais j'avoue que je me suis un peu amusé à faire le méchant qui se frotte les mains à l’idée de prendre une « proie » en flagrant délit : Il se trouve que je suis actuellement plongé dans l’ouvrage collectif édité sous la direction et avec la collaboration de
Guillaume Lecointre (peut-être un confrère ?) intitulé Guide critique de l’Evolution. On pourrait presque affirmer que toute la première partie de l’ouvrage ne vise qu’à enseigner
au lecteur à débusquer le créationnisme partout où il se terre affublé de ses oripaux pseudo-scientifiques… Considérez-vous alors, Cher Monsieur Moatti, comme l’innocente
victime indirecte de Monsieur Lecointre  ...



Alexandre Moatti 18/09/2010 12:04



Merci de cette référence; travaillant sur ce sujet, je me suis procuré l'ouvrage en bibliothèque. A.M.



Jean-Philippe CH 10/09/2010 13:26



« …l’homme, le chien, le tigre ont les yeux placés côte à côte, avec à peu près le même champ
visuel (quand vous fermez un œil, seul un croissant visuel extrême vous échappe). En revanche le lapin, la chèvre ont leurs yeux sur le côté : l’œil droit voit à droite, l’œil gauche à
gauche. Il se pourrait que ce soit un effet de la sélection naturelle : les animaux proies ont les yeux sur le côté pour repérer l’attaque d’où qu’elle vienne, les animaux
prédateurs ont les yeux devant pour mieux ajuster leur poursuite et leurs bonds. » Cette formulation avec par deux fois l’emploi de la préposition pour introduisant une
infinitive de but ressortit donc typiquement, clairement à une conception téléologique de la nature; elle suggère l’existence préalable d’une volonté extérieure plaçant, ou
créant les yeux des animaux en fonction de leur statut proie ou prédateur. Cette suggestion se trouve renforcée par l’hypothèse il se pourrait que (test
– rien que pour voir : nions et rejetons cette hypothèse et remplaçons la par une formulation ad hoc : « non, ce n’est nullement l’effet de la sélection naturelle… »
Je vous laisse choisir seul à quoi ou à qui cet effet pourrait alors être dû. Moi, je ne vois pas !
J).
Nous nageons manifestement en plein délire créationniste, non ? 



Alexandre Moatti 11/09/2010 13:06



Merci d'être si attentif à un des quatre points, pas le plus crucial, de ce qui n'est qu'un compte-rendu de lecture du livre d'un neurologue, Cohen, qui n'est
pas un spécialiste de la théorie de l'évolution. Je vais revoir son ouvrage puis lui poserai la question, je verrai s'il répond. Votre analyse grammaticale tourne à la surinterprétation
scientifique. Dans le conditionnel que vous relevez, il n'y a absolument pas l'intention que vous mettez. Je pense plutôt qu'il s'agit de trouver le bon vocabulaire de vulgarisation, comme
souvent. Un peu de discernement, SVP : si vous souhaitez des sites où "on nage en plein créationnisme", je peux vous en trouver, ayant pas mal étudié le créationnisme en astronomie. A.M.



Tigre de Feu 08/07/2010 13:40



Comment peut-on ne pas être conscient qu'on est aveugle??? on doit bien se poser des questions quand on s'apperçoit qu'on voit rien!



Xochipilli 25/02/2010 21:43


Ce bouquin est absolument génial je suis tout à fait d'accord, mené comme une vraie enquête policière pour comprendre pourquoi ce malade prend tout ce qu'il voit pour des espèces de
thermomètres.
Sur la lecture et l'alexie, il y a un autre excellent bouquin de Stanislas Dehaene (il bosse souvent avec Laurent Cohen): "les neurones de la lecture", inspiré de ses cours au Collège de France,
librement podcastables librement sur le site. J'avais écrit un billet (ici)sur les trucs
incroyables qu'il démontre à ce sujet...


ol 20/02/2010 14:43


Je parlais de lire intégralement un livre de biologie. En ce qui me concerne j'avoue que ça reste encore un passage difficile. Le cap que j'ai franchi était d'attaquer "les contes carnivores" qu'un
ami m'avait offert mais je me suis rapidement aperçu qu'il n'y était aucunement question de biologie alors que le titre semblait le sous-entendre...


ol 20/02/2010 13:37


Effectivement belle prouesse :)


Alexandre Moatti 20/02/2010 14:19



C'est quoi la prouesse, Olivier ? Tu parles de ce malheureux patient ou de moi qui ai fini un livre de biologie ? A.M.



rob53 20/02/2010 13:03


>le médecin leur présente leur propre main gauche, ils disent « je vais vous casser les doigts »

Ils sont surtout devenus psychotiques j'ai l'impression


Alexandre Moatti 20/02/2010 13:20



Oui, l'image peut prêter à confusion ou la phrase est un peu rapide. C'est simplement une image - à savoir le patient reconnaît si peu son membre qu'il est prêt
à le blesser. Autre image moins confuse : le médecin lui met un crayon dans la main, le patient dit "Prêtez-moi le crayon que vous avez dans la main". A.M.



Articles Récents

Alterscience (janvier 2013)

Mon livre Alterscience. Postures, dogmes, idéologies (janvier 2013) détails.


CouvertureDéf


Récréations mathéphysiques

RécréationsMathéphysiques

Mon dernier ouvrage est sorti le 14 octobre 2010 : Récréations mathéphysiques (éditions Le Pommier) (détails sur ce blog)

Einstein, un siècle contre lui

J'ai aussi un thème de recherche, l'alterscience, faisant l'objet d'un cours que j'ai professé à l'EHESS en 2008-2009 et 2009-2010. Il était en partie fondé sur mon second livre, "Einstein, un siècle contre lui", Odile Jacob, octobre 2007, livre d'histoire des sciences (voir billet sur ce blog, et notamment ses savoureux commentaires).

Einstein, un siècle contre lui